Jeudi 20 avrilClap Your Hands #7 : WARHAUS + SEAFRET + JO WEDIN & JEAN FELZINE

19h
PLACEMENT LIBRE DEBOUT
17€

WARHAUS

Warhaus est l’alter ego artistique et le projet solo de Maarten Devoldere (Balthazar). Le premier album de Warhaus, We Fucked A Flame Into Being, est sorti en septembre dernier. Le titre de ce nouvel album — une citation de « L’Amant de Lady Chatterley » de DH Lawrence —, était «trop bon pour le laisser passer !» explique Devoldere. C’est en effet un nom approprié pour un album où chaque titre célèbre le caractère insondable des rencontres, et rend hommage à la décadence et l’intensité que peut offrir la vie.
Bien que Maarten Devoldere ait jusqu’à maintenant gardé son personnage de Warhaus dans l’ombre, les rares aperçus qui nous ont été offerts évoquent un univers de paroles ésotériques et sombres, alimenté par le désir et l’amour, hanté par un goût de l’éphémère et un ardent désir de dire l’indicible. We Fucked A Flame Into Being sonde sauvagement toutes ces envies.

«J’adore les contradiction, assène Devoldere. Musicalement elles m’attirent vraiment : l’état brut versus la passion fondamentale, la brutalité opposée au romantisme, l’art opposé au kitsch, l’archaïque au moderne». Les sixties en France, une touche d’exotisme et une apathie négligée : Leonard Cohen et Serge Gainsbourg ne sont jamais loin dans ce disque, car We Fucked A Flame Into Being réunit intelligemment cinquante ans d’histoire de la musique. «Je suis à la fin de ma vingtaine maintenant. Avec ce disque, je termine une période importante de ma vie, déclare Devoldere. C’est une ode à l’amour, à ses excès et sa fugacité. Bien que les chansons d’amour soient une forme de publicité : tu dresses le portrait d’une femme pour que l’auditeur tombe amoureux d’elle aussi.»

warhausmusic.com

 

SEAFRET

Venant d’une petite ville balnéaire du nord de l’Angleterre, Jack Sedman et Hary Draper se sont rencontrés il y a quelques années lors d’un open mic. Chacun avait alors son niveau d’expérience : Harry Draper était un guitariste entraîné quoique jeune, tandis que Jack Sedman venait tout juste de découvrir sa voix. Malgré ça, les deux se sont tout de suite plu, ont formé Seafret et ont sorti leur premier album, Tell me it’s real en 2016.
«On a écrit nos chanson à partir d’absolument rien, explique le chanteur. Je n’avais jamais rien écrit dans le passé. J’adorais la musique mais n’en avais jamais composé. Ça a tout de suite fonctionné entre nous. Et c’est comme ça que l’on a écrit cet album, en partant de cette alchimie.»
Le nom Seafret, en plus d’être un jeu de mots sur le fret de guitare, est aussi un un terme local désignant le brouillard venant de la Mer du Nord pendant l’été. Maintenant qu’ils vivent à Londres, c’est ce qui manque le plus au duo. «Quand tu vis là-bas, près de la mer, tu le considères comme acquis. Ça ne m’avait jamais manqué auparavant. On ne se rend pas compte de l’influence que ça a sur nous quand on vit dedans.»
Ils écrivent ainsi sur la vie, celle qui évolue autour d’eux, avec leur sens de l’observation jeune et pourtant si pertinent. Et leur musique en prend une beauté contagieuse, captivante, que l’on sent venir du fond du cœur.

www.seafret.com

 

JO WEDIN & JEAN FELZINE

Jean Felzine est le meneur de Mustang, trio de rock français atypique ; Johanna Wedin, suédoise de naissance et française d’adoption, est l’ancienne leader du groupe pop anglophone Mai. Elle rêvait de chanter en français, alors il y a trois ans, à la recherche de chansons qui fassent vibrer ses pétulantes cordes vocales, Johanna Wedin contacte Jean Felzine, garçon réputé pour faire sonner cette langue difficile. D’emblée, les deux s’entendent bien : ils partagent le même amour des grandes voix et de la pop sur-mesure fait main. Un duo est né, qui s’attèle tout de suite à l’écriture de chansons.
Fin 2015 sort un premier EP auto-produit, réalisé par Samy Osta (Juniore, La Femme), où la guitare de Jean, nerveuse et expressive répond à la voix de Jo, très pure, aux accents de soul blanche. Deux titres sont remarqués : Idiot, gros slow en forme de séance d’humiliation et Les Hommes (ne sont plus des hommes, disco-funk-caraïbes bricolo au texte abusé, qui séduit les ondes exigeantes de Radio Nova. Le duo termine actuellement son premier album, réalisé par Etienne Caylou (Papooz, Séverin), prévu pour l’automne 2017. Un premier extrait, le calypso Je t’aurai, est sorti à l’été 2016.

 

Une soirée présentée par le Café de la Danse.
Ouverture des portes à 19h. Début des concerts à 19h20.



PARTAGEZ


JULIETA VENEGAS + ROZALÉN
Clap Your Hands #7 : JENS LEKMAN + GARÇON D'ARGENT